17/11/2010

un ‘tit plaisir à 1€30 (prix conseillé)…

par blackbuddha

Si vous avez quelques heures devant vous et que vous désirez un peu de tranquillité mais pas de solitude, alors je vous propose ma solution : un café, un livre, une terrasse de café…

Mais cela ne s’improvise pas. Le préalable indispensable : se trouver un livre de circonstance, en adéquation avec le sentiment du moment ou celui que l’on veut ressentir. Ensuite il y a une option : celle du choix musical. J’ai la chance d’avoir un support qui m’offre la possibilité de me balader avec 16Go de musique ( hadopiiiiiiii !) donc sauf envie très particulière cette étape est très rapide.

Vient ensuite l’indispensable choix du lieu. Là encore la chance me sourit car dans ma ville se trouve un endroit qui parfaitement : serein, ambiance vaguement ’20-’30, lumineux, ouvert sur une place sympa, belle terrasse, clientèle assez variée (ça c’est pour le spectacle !!!), des places confortables et un personnel agréable.

Une fois sur place le plus complexe est de trouver une place qui convienne : surtout pas trop exposée car personnellement je ne désire absolument pas être au centre de la « scène ». Alors une place isolée (mais pas trop je ne suis pas autiste non plus) afin que ma transparence naturelle fasse son œuvre et que je disparaisse aux regards des autres clients. La subtilité étant de ne pas pour autant disparaitre pour le personnel sinon vous n’êtes pas prêt de le boire votre café. L’avantage est qu’à l’inverse d’une vie de couple, en célibataire l’habitude vous sert( !) car le personnel vous remarque plus vite (toujours à l’inverse d’une vie de couple !).

Déballez votre attirail : d’abord le livre suivi de près par les lunettes (ben oui vous êtes déjà sur la pente descendante !). Une fois les compléments optiques disposées sur l’appendice nasal, c’est le moment High Tech : la frime ou la loose, sortez votre baladeur MP3. Là se voit rapidement votre personnalité : le geek hyperteck avec son dernier Ipod (beurk !) forcément blindé de tunes, Apple oblige ! Ou bien celui pour qui cela n’est vraiment qu’un accessoire, avec son vieux truc de 512 Mo (oui ça existe encore, mais chez les wookies velus surtout) qu’il veut changer depuis déjà 2 ou 3 ans. Et il y a le compilateur, l’angoissé du « je ne veux pas me faire chier à choisir une playlist » (moi !) qui sort son baladeur de minimum 10Go (pour ma pars une PSPgo de 20Go) et hop shuffle ! Le choix du casque est de la même veine : le super discret mais peu performant, le super tendance (souvent avec le Ipod tiens donc !) dont la qualité n’est qu’illusoire et enfin le « absolut pure sound » ( !) dont le seul critère important est le rendu sonore (et un peu le confort aussi) qui a souvent la fâcheuse tendance à avoir un design très ’80 (« oh il est tout pourrit ton gros casque tout noir et terne ! _ oui c’est ça, désolé mais j’aime la musique !).

Bon je ne devais pas écrire sur « café-livre » ?! Pff je m’égare vite. Mais c’est le danger de « l’écriture café » mais j’en parlerais peu être plus tard !

Donc normalement tout est près. Attention à ne pas commencer trop vite la lecture car le personnel pensera vous avoir déjà servis ou n’osera pas vous déranger. Alors faites remarquer juste le temps d’entrer dans le collimateur d’un serveur(se) en alerte. Une fois votre café sur la table (simple, double… là c’est votre choix, figure libre !) là vous pourrez ouvrir votre bouquin et vous régaler.

Attention à l’accident par contre ! L’erreur d’inattention qui mène au drame : renverser un peu de café sur vous ou pire la goutte du dessous de la tasse qui choie lamentablement sur la page (aaaargh mon Dieu nooooooon !!!!!). Sur le coup le drame est terrible, mais si la page reste lisible cela donnera à votre livre un coté plus « vivant » avec les pages cornées (ben oui c’est ça d’oublier que vous avez déjà un marque page !!!) et la couverture qui vous donne l’impression d’avoir combattu dans les tranchées à Verdun (ouuppps désolé une référence historique !). Le plus dur maintenant est d’éviter de s’endormir une jambe sinon vous aurez l’air un guignol en vous levant avec votre pate folle (c’est autant pour la discrétion tant recherché). Prenez garde aussi à la température de votre café : en cas de lecture captivante c’est le café froid assuré, alors préparez vous psychologiquement. Un petit entrainement à la maison est même conseillé (seul les gamers/rollistes on déjà acquit la technique !). Cela fonctionne aussi avec la bière tiède. Ne vous reste plus qu’à profiter du moment pour vous détendre et oublier un quotidien pas forcement très rose. Alors bonne lecture et bon café (froid).

Publicités